Hélène Petite est artiste plasticienne diplômée en 2013. Elle expérimente sur le médium photographique traitant l’image comme une matière première qu’elle façonne pour questionner l’image, le support et la percepetion de celui qui regarde.
L’installation, c’est-à-dire la mise en espace d’un travail plastique, est son mode de présentation de prédilection. Différents médiums se répondent alors pour enrichir l’expérience du regardeur et le placer dans un rôle actif.

La Norvège est un pays déterminant dans son parcours. Elle y a étudié un an et au-delà de l’expérience de vivre dans un pays et une culture étrangère, cette année se termine sur une note qui va tout changer: toute la production artistique réalisée durant un an est volée, y compris une grande partie des négatifs. Le choc. Malgré cette expérience, l’artiste retournera chaque année depuis 7 ans en Norvège.

Suite à ce vol, Hélène ne photographie plus et remet alors la main sur une boite de photos de famille achetée à une inconnue sur un brocante. De là commence un travail sur les images trouvées. En utilisant des images qui ne sont pas les siennes, l’émotion de la prise de vue est loin et c’est la matière photographique que l’artiste peut alors explorer. Hélène plongera régulièrement dans la boite d’images anonymes, y découvrant et révélant à chaque fois de nouvelles interprétations.
Dans cette même péridoe, elle se découvre aussi une affinité pour le travail du papier et la reliure qui lui permettent un nouveau traitement des images.

Son diplôme en poche, elle décroche une commande pour la réalisation d’une œuvre d’art dans l’espace public. Elle fait imprimer sur 3 grands panneaux d’aluminium environ 200 photos qui constitue le portrait du quartier Saint Denis dans la commune de Forest.
C’est avec cette commande que Hélène renoue avec la prise de vue et qu’elle découvre le portrait, pratique qu’elle a très peu exercée auparavent.

Parallèlement, elle s’intéresse à l’animation de projet socio-culturel et voit alors dans la photographie un médium simple, direct, facile d’accès et passionnant à transmettre. Elle est engagée à la Maison Culturelle d’Ath pour réaliser son projet Focus Au Village, projet photo participatif dans les villages de l’entité.

En 2017, elle gagne le prix artistique international de la ville de Tournai avec trois pièces issues de l’installation Récidive, une exposition faisant suite à une résidence de création autour de la boite d’images trouvées. La même année, elle obtient une résidence d’artiste et une bourse pour partir en Norvège sur les îles Lofoten situées au-delà du cercle polaire arctique.